PRO A M - ITW : Rencontre avec Rémi Garsau

Maintenant que la présentation du nouvel effectif de l'Olympic Nice Natation est sorti, nous avons pu faire le point avec Rémi Garsau sur la saison passée, l'Equipe de France, les JO et sur les raisons de son transfert qui aura beaucoup fait parler.

 

Entre le championnat, la Coupe d’Europe, la Coupe de la Ligue, le tournoi de qualification aux championnats d'Europe, les championnats d’Europe, le Tournoi de qualification pour les JO et les JO ça ne fait pas moins de 6 compétitions internationales de disputées en une saison pour toi et certains joueurs de l'Equipe de France!

- Laquelle a été la plus difficile ?

Sans aucun doute le TQO pour les JO. Pour tous, c'était quelque chose de très inhabituel, avec 8 matchs en 8 jours, et sachant ce qu'il y avait au bout. C'était d'une dimension physique et mentale incroyablement dure.

 

- Laquelle a été la plus frustrante ?

La Coupe de la Ligue. J'étais blessé, et je ne pouvais pas aider mes coequipiers. C'est très difficile de les voir se démener du bord du bassin.

Photo: FFN

 - Laquelle a été importante ?

Les Jeux Olympiques biensûr. Enfin à 32 ans, j'avais la chance d'y participer, après avoir couru derrière cet objectif pendant toute une carrière, c'était un soulagement, un sentiment de devoir accompli, et personnellement, pouvoir dire que je suis allé aux Jeux Olympiques, comme mon père.

 

 - Quel match a été le plus dur ?

Le match décisif contre la Hollande au TQO. On a beau tout dire pour s'enlever la pression, se dire que ce n'est qu un match de water-polo, etc... au fond de nous, c'est le match d'une vie.

Photo: FFN - JO

 - Quel match a été le plus beau ?

Le même match contre la Hollande biensûr. Les émotions après le dernier penalty sont sans égales, et les heures qui ont suivies n'ont été que du bonheur, c'était un rêve éveillé.

 

  - Ton rêve était de participer aux JO, maintenant que c’est fait, quel est le prochain rêve/objectif ?

C'est difficile de se dire que l'on a atteint ses rêves, car l'après peut faire peur. Mais j'espère biensûr y retourner, même si cela parait très loin pour l'instant. Et à plus court terme, prendre du plaisir. Après ces 3 dernières années, en prenant un peu de recul, je me rend compte que le plus important c'est ça.

 - Dans le courant de l’été, on a appris que tu quittais le club dans lequel tu as grandi et dont tu étais le capitaine. Quelles raisons t’ont poussé à partir du Cercle des Nageurs de Marseille ?

Plusieurs raisons m'ont poussé à quitter Marseille. A 32 ans j'avais besoin de renouveau, pas seulement dans le sport mais dans la vie de tous les jours également. Les 3 dernières années ont été difficiles physiquement et mentalement, et j'avais besoin de nouveautés, de changements tout simplement. Puis Nice n'est pas très loin de Marseille, ce n'est pas comme si je partait à l'autre bout de l'Europe.

 

 - Qu’est-ce qui t’a convaincu dans le projet de Nice?

Le fait de donner leur chance aux jeunes et avoir besoin de "vieux" pour les aider à progresser m'est apparu comme un beau challenge pour moi. Le fait qu'ils me soutiennent également pour passer mon BF5 SHN m'a convaincu de rejoindre Nice cet été.

 

- Comment s’annonce ta nouvelle saison en club ? Quelles sont les ambitions ?

Difficile mais très intéressante. L'équipe est très jeune, mais la marge de progression est énorme. Les matchs d'Euroleague vont énormement nous aider. Il faut créer une atmosphere de travail positive ou chacun donne le maximum pour les autres, et se plait dans ce qu'il fait. Si l on parvient à y arriver, les résultats suivront.